Les Hikikomori, les japonais de l’ombre…

Voici un titre de post bien mystérieux, n’est-ce pas ? En fait, je voulait simplement parler d’un phénomène très japonais (on l’observe très peu dans les autres pays) : les Hikikomori.

Extrait du Film "Shake Tokyo", présenté dans le long metrage "Tokyo!"

Extrait du Film "Shake Tokyo", présenté dans le long metrage "Tokyo!"

Un Hikikomori, c’est une personne qui, par conviction, manque d’enthousiasme ou peur des autres, va vivre en totale autarcie, coupée du monde extérieur. Isolée, mais pourtant cloitrée dans son logement, souvent en pleine ville. C’est une personne qui vit au milieu de tous, mais sans jamais interagir avec les autres physiquement. Par contre, elle possède livre, console de jeux, internet…

Le phénomène des Hikikomori au Japon est apparu il y a déjà des années. Mais leur nombre semblent croitre de façon exponentielle, et il est difficile de les recenser. On sait que plus des 3/4 des Hikikomori sont des hommes, âgés de 20 à 30 ans en général. Bien que vivants seuls et sans beaucoup de contact avec l’extérieur, ce sont dans la majorité des cas des personnes très cérébrales. Inspirés par la lecture, la philosophie et le sens de la vie, ils vivent leur solitude de manière différente.

Certains sont en harmonie avec leur environnement et ce sont en général des personnes discrètes et calmes. D’autres sont au contraire très affectés par cet isolement et le ressentent comme une sorte « d’exclusion involontaire mais nécessaire ». Ils n’arrivent pas à se socialiser et ils en souffrent. Il y a aussi certains témoignages qui révèlent qu’un Hikikomori peut aussi avoir des excès violents de colère (comme toute personne d’ailleurs…).

Il y aurait au Japon des centaines de milliers de Hikikomori. Mais moins de 20% d’entre eux seraient réellement incapables de mettre le pied dehors. L’immense majorité n’a donc pas « peur » du monde extérieur. C’est juste une sorte de malaise à se mélanger aux autres gens « physiquement ». Parfois, on considère donc que les Hikikomori sont des gens agoraphobes… Ce qui est bien-sûr très réducteur, incomplet voire faux selon les cas.

En tout cas, la plupart des Hikikomori semblent être des gens qui, même s’ils ont consoles de jeux, manga, internet et tout les outils de communication, souffrent de leur « asociabilité ». Pas de leur solitude, mais du fait de ne pas pouvoir sortir de chez eux.

hikikomoriJe ne sais pas si je l’exprime correctement, mais la nuance entre solitude voulue et subie est très importante. Donc même si devenir Hikikomori est un choix au départ, beaucoup d’entre eux se renferment réellement et n’arrivent plus à se socialiser à nouveau. On peut donc penser que c’est une sorte de spirale aspirante, un trou noir…

Et évidement, il n’y a pas que les japonais qui y sont confrontés. En France il y en a aussi, sauf qu’on en parle moins. Peut-être que notre société préfère ignorer ça, et parler seulement de ce phénomène tel qu’il est au Japon.

Alors juste un petit rappel en passant : être Hikikomori, ce n’est pas « cool », comme j’ai pu le lire. Le fait de vouloir s’isoler pendant un moment, ça peut être bien. Mais si vous le faite, ne cassez pas tous les liens qui vous unissent à votre famille et à vos amis ! Ils peuvent respecter ça, mais on quand même besoin d’être rassurés. Car d’une part, ils vont en souffrir de ne rien pouvoir faire (et un Hikikomori ne veut pas que les gens l’aide à se « resocialiser » en général), et pour vous, cela impliquera un vrai problème par la suite. Comment expliquer à un employeur un trou de 2, voir 5 ans dans le CV ?

Des témoignages (de gens français !) expliquent en général qu’au début, être Hikikomori c’était génial, puis qu’en suite, on tombe dans la routine de l’isolement, puis au final, on ne fait plus rien, et on réalise tout le temps qui a été perdu. Pour s’en sortir, certains ont enfin accepté l’aide de leur famille. D’autres ont trouvé l’amour (via internet)…

Pour clôturer ce sujet, voici un court métrage d’animation intitulé « Hikikomori ». Je le trouve magnifique et résume en 3 minutes 30 l’évolution d’un Hikikomori (à regarder en 480p) :

httpv://www.youtube.com/watch?v=50Y7R5zP0wc

3 Responses to “Les Hikikomori, les japonais de l’ombre…

  • Ouais comme tu l’as dit, réalisé tout le temps perdu .. Malheuresement irrattrapable ..

  • Attitude totalement incompréhensible pour un africain qui peut très vite se sentir « perdu » quand il perd le lien avec les autres. Bien sur, des gens isolés mentalement existent en Afrique mais leur cas est classé dans la maladie mentale ce qui ne semble pas etre le cas au Japon.

  • Je reprends ce que j’ai dit à propos de l’article sur les brimades scolaires. les médias japonais sont plus sensationalistes que les médias français, un sujet qui serait reservé à une émission bien racoleuse du genre « le droit de savoir sur la une », sera traité dans les journaux télé au Japon.

    Ce n’est pas parce que le sujet de l’hikikomorisme n’est jamais abordé par les médias français que ça veut dire que ça n’existe pas.

    Et les japonais aiment souvent croire que leur pays est unique au monde, même dans ses travers et problèmes sociaux.

    J’ajouterai qu’il y a différents degrés d’hikikomori, certains sont capables de sortir pour faire des courses.
    Certains hikikomori vivent dans une pièce quasiment vide, et passent leur temps à fixer le mur, d’autres boivent.

    Ma source est le wikipedia japonais,rubrique ????:
    http://ja.wikipedia.org/wiki/%E3%81%B2%E3%81%8D%E3%81%93%E3%82%82%E3%82%8A

    Et les aptitudes sociales sont comme les muscles, si on ne les utilisent plus, elles s’usent, voilà comment les hikikomoris s’embourbent. Ils s’isolent volontairement au début, mais se retrouvent pris au piège, perdant petit à petit les habitudes de vie en société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *