Les Geishas, des femmes à part

Le Japon est connu pour bien des choses : paysages, nourriture, culture, arts… Et aussi pour des femmes pas comme les autres, les Geishas.

Bien qu’aujourd’hui il soit assez difficile d’en rencontrer des « vraies », elles n’ont pas totalement disparu.

L’Histoire des Geishas

geishaJe ne vais pas plagier l’article sur les Geisha de Wikipedia, je vais donc résumer l’aspect historique.

C’est un peu avant 1800 que les Geisha sont apparues au Japon. Mais contrairement à ce qu’on pourrait croire ce sont d’abord des hommes qui furent geishas. Ils étaient chargés de divertir les clients dans les quartiers des plaisirs (des sortes de saltimbanques)…

Puis petit à petit, certaines femmes on commencé à faire ce métier, mais plus dans un esprit de « serveuse ». Certes, au tout début, les femmes geishas étaient presque des prostituées, et il faudra la création d’un bureau d’enregistrement (kenban) en 1779 pour encadrer cette activité.

Après diverses péripéties, le métier de Geisha trouva sa place dans la société japonaise en 1957 seulement. Année où la prostitution fut définitivement interdite par la loi japonaise. Les Geisha n’étaient plus dans la zone floue, elles devenaient enfin des femmes exerçant un métier artistique, qui fût rattaché à la « Fondation pour le développement des arts et musiques traditionnels de Kyôto » en 1965.

Le Métier de Geisha

Etre une femme Geisha, ça signifie quoi ?

Quand on parle des Geishas au Japon, on sous-entend maintenant le métier artistique. Voici donc les principales fonctions d’une Geisha :

– Le travail principal des geishas est de participer aux banquets (zashiki) afin de divertir les clients et habitués.

Servir les clients : cérémonie du thé (chanoyu)…

– La danse. Beaucoup de Geisha japonaises sont payées pour faire des représentations, souvent publiques, de danse traditionnelle. Avec éventail, et / ou aussi une partie musicale (avec du shamisen, de la flûte japonaise ou encore du taiko).

– Faire la décoration d’un lieu. Les Geishas ont été préalablement formées à l‘ikebana. Cet art floral particulièrement technique.

Formation

geisha_maikoRapidement, voici les différentes étapes pour devenir une Geisha à part entière.

La tradition japonaise veut que les enfants qui pratiquent les arts commencent « le sixième jour du sixième mois de leur sixième année ». Aujourd’hui, cet adage n’est plus très vrai. La plupart des filles commençant plus tard la formation.

Historiquement, au début de la formation, l’apprentie geisha se contente d’observer les autres servantes afin « d’apprendre en regardant ». Ce sera d’autant plus facile que pour ce métier, l’étudiante vit chez son maître. C’est donc une formation à temps plein, séparée de sa famille.

Durant un peu moins d’un an, l’apprentie va donc suivre et observer sa « grande sœur » afin d’assimiler le maximum de choses. Elle n’a alors pas de client, mais participe aux fêtes le soir, et va à l’école la journée. Cette période, qui dure quelques mois de nos jours, est appelée minarai.

Elle apprend alors le kitsuke (port du kimono), l’art de la conversation, différents jeux (par exemple le jeu de celui qui boira le plus, avec un client), et l’art de divertir leurs clients.

Une fois devenue une vraie apprentie Geisha, c’est-à-dire une maiko, elle accompagne des geishas dans les maisons de thé, aux réceptions et banquets. Durant cette période, sa oneesan (grande sœur) se charge de lui transmettre sa propre expérience de geisha, en échange de quoi elle perçoit un pourcentage des gains de sa « petite sœur ». Cette méthode d’entraînement persiste encore aujourd’hui mais elle est raccourcie, étant donné que la majeure partie des geishas le deviennent à la fin de l’adolescence.

La formation d’une geisha se termine officiellement lors de la cérémonie dite du « changement de col » (erikae), où elle remplace son col rouge de maiko par le col blanc des geishas confirmées.

Aujourd’hui,  les geishas n’entrent plus dans les maisons de geisha dès leur enfance. Devenir une geisha est désormais un acte entièrement volontaire, qui se fait souvent à 17 ou 18 ans. L’apprentissage reste néanmoins long et difficile. Cependant, les geishas étant de plus en plus difficiles à recruter, les apprenties sont souvent chouchoutées par leurs aînées, ce qui contraste avec l’époque où leur travail était volontairement difficile, voire épuisant, pour s’assurer de leur obéissance.

Pour aller plus loin

Je vous conseille de lire l’article dont je me suis largement inspiré pour ce sujet sur Wikipedia. Ainsi que leur sujet sur le Kimono.

Vous pouvez aussi lire le très bon livre Geisha, qui a été récemment adapté au cinéma et en DVD. Ainsi que d’autres ouvrages traitant de ce sujet.

4 Responses to “Les Geishas, des femmes à part

  • elles sont belles les femmes geichas

  • Bonjour Krystina.
    la vie de geisha n’est pas si rose que ça. C’est bcp de sacrifices.
    Mais continue tes recherches, lis le maximum de livres sur le sujet, et contacte des Okiya directement. Les gens seront heureux de te renseigner.

  • bonjour ; devenir geisha est mon plus grand rêve , malheureusement a notre époque et l’endroit ou je vis ne me permettent pas réelement de pouvoir le réaliser .mais j’avoue que j’ai toujours un espoir , admettons que je parte vivre au Japon , serait-il possible d’être acceptée dans une okiya et de suivre la formation necessaire pour enfin pouvoir m’accomplir ? Ou est-ce vraiment impossible ? En vous remerciant pour votre article et en attendant avec impatience votre réponse , je vous souhaite plein de bonnes choses ! merci encore !

  • Merci pour cet article, j’ai lu le livre Geisha, ça permet de bien se plonger dans cet univers…Je n’ai pas encore vu la version film mais ça ne saurait tarder :) On se rend bien compte que devenir Geisha n’est pas évident…Il faut persévérer dans cette voie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *