Le Japon relance sa chasse à la baleine

J’adore le Japon, surement que vous aussi. Mais bien que ce pays merveilleux nous plaise tant, il serait mal venu de ne pas le voir aussi tel qu’il est : avec ses défauts.

peche-a-la-baleine-japonLa flotte baleinière du Japon est partit pour l’Antarctique ce mardi afin de reprendre la chasse à la baleine après une pause forcée d’un an. Cette action est d’ailleurs vivement critiquée par l’Australie et les Etats-Unis.

Le Japon se donne donc pour objectif de tuer plus de 300 baleines avant la fin de la chasse l’année prochaine, et près de 4.000 au cours des 12 prochaines années dans le cadre d’un programme scientifique à la recherche des baleines.

La Cour internationale de Justice (CIJ) a statué l’an dernier sur le fait que la chasse à la baleine du Japon dans l’océan Austral devrait cesser et une Commission baleinière internationale (CBI) mettait en évidence le fait que le Japon devait encore démontrer un « besoin » de tuer des baleines.

«L’année dernière, malheureusement, la CIJ a rendu sa décision et nous avons été incapables de pêcher des baleines », a déclaré le maire de la ville de Shimonoseki qui abrite la flotte baleinière et une partie de la circonscription électorale du Premier ministre Shinzo Abe.

« Il n’y a rien d’aussi heureux que ce jour », a déclaré l’équipage de la flotte lors d’une cérémonie avant leur départ. La chasse à la baleine qui vient de commencer doit durer jusqu’à Mars.

Le Japon, qui a longtemps soutenu que la plupart des espèces de baleines ne sont pas en danger et que la consommation de baleine fait partie de sa culture alimentaire, a commencé ce qu’il appelle « chasse scientifique » en 1987, un an après qu’un moratoire de la chasse baleinière internationale ait pris effet.

On peut trouver de la viande de baleine dans certains restaurants, bien que la plupart des Japonais n’en consomment plus vraiment.

L’Australie et les États-Unis, tous les deux opposés à la chasse à la baleine, pensent que le Japon peut tout à fait utiliser des méthodes non létales pour continuer ses études scientifiques…

Les militants écologistes ont également condamné le mouvement. « Il est totalement inacceptable pour le gouvernement japonais d’ignorer la Cour internationale de Justice », a déclaré Junichi Sato, le directeur exécutif de Greenpeace Japon.

Entre traditions de pêche et sauvegarde de la biodiversité, on est tout de même en présence d’une certaine hypocrisie du gouvernement japonais. Espérons que cette fois, la pêche soit mauvaise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.