Le Japon et le travail à l’étranger

Le « Cabinet Office » japonais a récemment lancé une enquête sur la circulation internationale des travailleurs, qui concernait les japonais désireux de travailler à l’étranger, et les étrangers venant au Japon pour le travail.

Démographie

Entre le 15 et le 25 Juillet 2010, 3.000 personnes, choisies au hasard à partir des informations d’enregistrement des résidents au Japon, ont eu des entrevues en face-à-face avec les enquêteurs.
Sur les 3.000 : 1.913 personnes, soit 63,8% étaient disponibles et ont répondu aux questions. 54,0% de l’échantillon étaient des femmes, 8,6% dans la vingtaine, 16,0% dans la trentaine, 17,8% dans la quarantaine, 18,6% dans la cinquantaine, 19,8% dans la soixantaine, et 19,2% avaient 70 ans ou plus.

visa_japon

Résultats de l’enquête

Question 1: Avez-vous déjà vécu à l’étranger pour votre travail ? Si c’est le cas, au total, combien de temps avez-vous séjourné sur place ? (Taille de l’échantillon = 1.913)

Oui, cinq ans ou plus 0,7%
Oui, quatre ans 0,3%
Oui, trois ans 0,1%
Oui, deux ans 0,3%
Oui, un an 0,5%
Oui, moins d’un an 3,6%
Non, jamais 94,6%

Question 2: Avez-vous déjà vécu à l’étranger pour vos études (famille d’accueil, etc) ? Si c’est le cas, au total, combien de temps avez-vous séjourné sur place ? (Taille de l’échantillon = 1.913)

Oui, cinq ans ou plus 0,2%
Oui, quatre ans 0,1%
Oui, trois ans 0,1%
Oui, deux ans 0,3%
Oui, un an 0,5%
Oui, moins d’un an 2,1%
Non, jamais 96,8%

Question 3: Avez-vous déjà vécu à l’étranger pour suivre vos parents, votre conjoint ou un membre de votre famille qui partaient pour leur travail ? Si c’est le cas, au total, combien de temps avez-vous séjourné sur place ? (Taille de l’échantillon = 1.913)

Oui, cinq ans ou plus 1,7%
Oui, quatre ans 0,3%
Oui, trois ans 0,7%
Oui, deux ans 0,5%
Oui, un an 0,6%
Oui, moins d’un an 2,1%
Non, jamais 94,1%

Question 4: Pouvez-vous parler une langue étrangère ? (Taille de l’échantillon = 1.913)

Oui. Peut l’utiliser au travail 2,9%
Oui. Peut tenir une conversation courante 5,3%
Oui. Assez pour passer des vacances sans problèmes 14,1%
Non. Ne peut pas parler une autre langue 77,7%
Pour cette question, je présume que les gens ont choisi la langue étrangère qu’ils maitrisent le mieux.

Question 5: A quel point êtes-vous intéressé par travailler à l’étranger ? (Taille de l’échantillon = 1.913)

Intéressé (voir SQ1 à SQ4) 10,5%
Peut-être intéressé (voir SQ1 à SQ4) 11,6%
Peut-être pas intéressé (voir SQ5) 16,3%
Pas intéressé (voir SQ5) 61,2%
Ne sait pas 0,6%

Q5SQ1: Pourquoi êtes-vous intéressé par travailler à l’étranger ? (Taille de l’échantillon = 421, réponses multiples)
Intéressé par la culture étrangère, les modes de vie 70,3%
Veux améliorer, utiliser mes compétences en langues étrangères 42,3%
Veux améliorer, utiliser mes compétences techniques 31,4%
Trouve que c’est plus gratifiant que de travailler dans son propre pays 20,9%
Plus d’emplois différents et intéressants hors du Japon 12,4%
Peux gagner plus d’argent qu’au Japon 8,8%
Aucune raison particulière 3,1%

Q5SQ2: Quel style de travail vous intéresse ? (Taille de l’échantillon = 421)
Pas de travail au Japon, mais qu’à l’étranger 3,3%
Travail au Japon, mais intéressé par ce qui se passe à l’étranger 8,8
Centré sur le Japon, mais avec plusieurs stages à l’étranger 35,9%
Centré sur le Japon, mais avec un stage à l’étranger 24,7%
Pas de préférence particulière sur le style d’emploi 25,7%
Autres 0,2%
Ne sait pas 1,4%

Q5SQ3: Quels sont les pays ou régions dans lesquels vous souhaiteriez travailler ? (Taille de l’échantillon = 421, réponses multiples)
États-Unis 48,0%
Europe de l’Ouest (France, Allemagne, Royaume-Uni, etc) 43,9%
Canada 26,6%
Océanie (Australie, Nouvelle-Zélande, etc) 24,9%
Chine 22,8%
Sud-Est asiatique (Thaïlande, Indonésie, etc), sous-continent indien (Inde, Pakistan, etc) 20,9%
Corée du Sud 12,6%
Europe de l’Est – Centrale (Pologne, Hongrie, Bulgarie, etc), Russie 10,0%
Amérique du Sud – Centrale (Mexique, Brésil, Jamaïque, etc) 8,6%
Afrique (Nigeria, Kenya, Afrique du Sud, etc) 5,5%
Moyen-Orient (Arabie Saoudite, Koweït, Emirats, etc) 4,8%
Aucun endroit en particulier 3,1%
Ne sait pas 0,7%

Q5SQ4: Quelles interrogations avez-vous concernant le travail à l’étranger ? (Taille de l’échantillon = 421, réponses multiples)
La sécurité publique 70,5%
Les connaissances linguistiques 63,2%
Les problèmes d’hygiène, d’assainissement 37,3%
La vie de famille (éducation, soins, etc) 34,7%
Les perspectives salariales 27,3%
L’entente avec les gens au travail 24,0%
Les questions concernant le retour au pays (recherche d’emploi, promotions, etc) 22,3%
Relations avec la famille, les parents 11,2%
Relations avec les amis 11,2%
Les transports, les frais de communications 6,4%
Aucun problème particulier 2,9%
Ne sait pas 0,5%

Q5SQ5: Pourquoi vous n’êtes pas intéressés par le travail à l’étranger ? (Taille de l’échantillon = 1.481, réponses multiples)
Aucune confiance dans mes capacités linguistiques 52,3%
Je ne suis pas sûr de vouloir vivre à l’étranger 47,1%
Je ne veux pas quitter la famille, les amis, etc 34,6%
Je n’ai pas assez d’informations concernant le travail à l’étranger 30,9%
Je n’ai pas confiance en ma force physique 25,8%
Je peux avoir un revenu stable en restant travailler au Japon 23,9%
A cause des questions familiales (l’éducation des enfants, s’occuper de ses parents…) 22,2%
Aucune raison particulière 8,7%
Autres 9,2%
Ne sait pas 0,3%

salaryman_japonQuestion 6: En ce qui concerne la prochaine génération de travailleurs, pensez-vous que ces derniers doivent acquérir l’expérience du travail à l’étranger pendant qu’ils sont encore jeunes ? (Taille de l’échantillon = 1.913)

Oui (voir SQ1) 33,7%
Peut-être (voir SQ1) 40,0%
Peut-être pas 11,7%
Pas du tout 10,7%
Ne sait pas 3,9%

Q6SQ1: Que pensez-vous qui soit nécessaire pour que la prochaine génération de travailleurs acquiert l’expérience du travail à l’étranger ? (Taille de l’échantillon = 1.411, réponses multiples)
Apprendre la langue 79,6%
Comprendre les cultures et les coutumes étrangères en ce qui concerne les affaires 51,7%
Avoir une expérience d’études à l’étranger 39,5%
Pouvoir s’arranger avec des entreprises nationales présentent à l’étranger 34,4%
Obtenir la coopération et la compréhension de la famille, des proches 29,4%
Obtenir des informations en provenance du pays étranger sur le travail, les procédures de demande de visa, les services sociaux, etc 27,4%
Rien en particulier de 0,9%
Autres 0,9%
Ne sait pas 0,2%

Ensuite, l’enquêteur a montré une feuille avec le texte suivant :

« Afin d’accroître le nombre d’étudiants venant de l’étranger pour étudier au Japon, le gouvernement fait la promotion pour qu’ils soient employés par des sociétés japonaises.
De plus, l’objectif du gouvernement est qu’ils fassent partie de la population active. Le gouvernement japonais la promouvoit aussi l’allongement et la régularisation des périodes de séjour pour les étrangers dans le pays. La tendance du nombre de travailleurs étrangers résidant au Japon est donc à la hausse. « 

Question 7: Saviez-vous que le nombre de travailleurs étrangers au Japon est une tendance à la hausse ? (Taille de l’échantillon = 1.913)

Oui 85,0%
Non 15,0%

Question 8: Quelle est l’importance de chacune des propositions suivantes pour les travailleurs étrangers au Japon ? (Taille de l’échantillon = 1.913)

Le niveau de japonais
Important 69,0%
Assez important 25,2%
Pas très important 3,4%
Pas du tout important 1,3%
Ne sait pas 1,0%

La compréhension de la culture japonaise
Important 43,2%
Assez important 42,3%
Pas très important 10,5%
Pas du tout important 2,3%
Ne sait pas 1,7%

La compréhension des coutumes japonaises
Important 45,9%
Assez important 42,9%
Pas très important 7,8%
Pas du tout important 1,6%
Ne sait pas 1,7%

Les compétences dans le travail
Important 35,7%
Assez important 38,6%
Pas très important 17,9%
Pas du tout important de 5,1%
Ne sait pas 2,7%

Les ressources (telles que l’argent en banque)
Important 13,0%
Assez important 32,0%
Pas très important 30,7%
Pas du tout important 18,3%
Ne sait pas 5,9%

Conclusion

Personnellement, j’ai trouvé cette enquête très instructive. On apprend que presque 95% des japonais n’ont jamais travaillé à l’étranger, que plus des 3/4 des japonais reconnaissent ne pas parler une langue étrangère (ou pas suffisamment bien pour l’affirmer), mais qu’ils sont tout de même environ 22% à vouloir peut-être partir travailler hors du Japon.

Notons en passant que, dans l’idéal, le japonais qui serait prêt à travailler à l’étranger souhaiterait a priori idéalement être salarié d’une entreprise japonaise et faire des déplacements professionnels réguliers à l’étranger. (c’est comme ça que j’interprète les réponses de la Q5SQ2)

Comme cela était prévisible, on note que le principal frein à une expatriation professionnelle est la barrière de la langue. (c’est la raison invoquée par une bonne moitié des sondés, c’est vrai que maitriser la langue du pays où on va est très pratique, voire vital !)

J’ai aussi beaucoup aimé le dernier point abordé par rapport à la politique d’immigration un peu plus flexible. Même si les japonais ne semblent pas voir trop d’inconvénients à ce que des étrangers viennent au Japon pour travailler, il sont tout de même près de 95% à considérer que la chose la plus importante pour venir s’installer au Japon, c’est de parler japonais ! (ce qui ne m’étonne pas du tout, mais qui fera peut-être un peu réfléchir les plus jeunes qui pensent que c’est facile.) Par contre, arriver au Japon « sans le sou » ne semble pas un critère très important.

Voilà, j’ai pris beaucoup de plaisir à vous proposer cette enquête assez longue il est vrai, mais que je considérais très intéressante. Est-ce que ça vous a plu, qu’en pensez-vous ?

5 Responses to “Le Japon et le travail à l’étranger

  • je trouve que c’est une enquête qui est assez intéressante.j’ai une copine japonaise qui aimerais qu’ont vives au japon, je suis plutôt pour.mais elle voudrais avant tout que je parle le japonnais ce qui n’est chose aisé.et elle doit repartir au japon sous peu.
    je dirais en effet connaitre la culture c’est primordiale si vous désirez vivre au japon.

  • Il y une chose qui m’a frappée et que vous n’avez pas évoquée : ce qui inquiète le plus les japonais á l’étranger, c’est la sécurité publique ! Il est bien connu que le taux de criminalité est bien plus faible au Japon que chez nous, mais malgré tout je trouve ça dommage que les japonais en fassent une telle obsession.
    Une ami japonaise qui étudie en France m’a avoué elle-même qu’on leur inculquait malgré eux que l’Europe était dangereuse avant leur départ. Alors évidemment, elle a peur de faire du covoiturage, de prendre les transports en commun le soir…C’est dommage, c’est bien le mot.

  • Bonjour et merci pour la traduction :)
    Une enquête intéressante effectivement. La barrière de la langue empêche bon nombre de japonais de partir à l’étranger mais aussi et bien sûr, leur culture trop particulière qui les pousse à un « entre soi » qui n’encourage pas l’expatriation.

    @Fabien
    je ne vois pas trop où est le nationalisme là dedans. Considérer qu’un étranger doit parler la langue pour pouvoir s’installer dans son pays n’est pas une preuve de chauvinisme, c’est une preuve de bon sens. Et les japonais, malgré tous leurs défauts, en ont à revendre.

  • Malgré un modèle libérale qui s’est progressivement mis en place durant ces dernière décennies, les japonais sont toujours aussi nationalistes. Cela semble être le crédo de la plupart des pays asiatiques.

  • ehh oui c’est bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *