Quels sont les sports les plus populaires au Japon ?

Les disciplines sportives font partie intégrante du patrimoine culturel d’un pays. Tout comme la plupart des pays du monde, le Japon est marqué par certains sports très appréciés de son peuple et qui font la fierté de ce pays au-delà de ses frontières. Quels sont les sports les plus populaires du Japon ? Le présent article représente une réponse à votre questionnement.

Le football

Aussi appelé localement Sakkaa, le football est un sport très pratiqué par les jeunes nippons. Pour la coupe de mode 2018,  le Japon se qualifie pour la sixième fois d’affilée. Grâce à la compétence de l’équipe nationale, le Japon a été quatre fois champignons de la Coupe d’Asie des Nations.

En raison, de la grande place qu’occupe le football dans la vie du peuple japonais, plusieurs grands stades de football ont été construits. On dénombre aujourd’hui au pays du Soleil-Levant plusieurs grandes stars du football. Chaque année, des championnats et tournois de football sont organisés dans les lycées et collèges afin de dénicher les meilleurs talents du football nippon.

Bien que le football féminin soit très peu développé dans tous les pays du monde, l’équipe nationale féminine de football japonais a gagné la première place au mondial de 2011 aux États-Unis. Il est donc normal de dire que le football est un sport très populaire sur l’archipel. C’est l’une des disciplines sportives ouvertes aux paris sportifs sur Unibet Belgique également.

Le base-ball

Activité sportive très appréciée par les Japonais, le base-ball a pour origine les États-Unis. Il a été importé sur l’archipel au 19e siècle. En effet, le base-ball demeure jusqu’à ce jour le sport le plus populaire du Japon. Encore appelé Yakyuu, ce sport est très pratiqué par les jeunes. La plupart des matchs de base-ball sont retransmis toute l’année par les chaînes de télévisions japonaises.

Bien qu’il ne fasse pas partie des sports traditionnels du territoire nippon, le base-ball rassemble d’avril à octobre une horde de personnes. Les années 2006 et 2009 restent à jamais des années gravées dans l’esprit du peuple japonais, car, l’équipe masculine  nationale de base-ball sort gagnante de la compétition internationale classique mondiale de base-ball. En 2008 et 2010, ce fut le tour de l’équipe féminine qui remporte la Coupe du Monde de baseball.

Le tennis

Plus connu sous le nom de tenisu, le tennis est l’une des activités sportives qui caractérisent le Japon. Il occupe une place très importante dans la culture du peuple japonais. L’anecdote la plus populaire dans ce sport est la rencontre historique en 1957 entre l’Empereur japonais Akihito et l’impératrice Michiko sur un court de tennis.

Le rugby

Le rugby est un sport qu’on ne pourrait directement lié au peuple nippon. Il est vrai que le rugby est un sport destiné aux hommes massifs et grands ; cependant, les Japonais ne cessent d’exceller dans la pratique de ce sport bien qu’ils ne soient pas si grands de tailles.

Cette popularité du rugby au Japon a fait de ce pays, le premier organisateur de la Coupe du monde de Rugby sur le continent asiatique. Peu à peu, ce sport mobilise les foules.  Aujourd’hui, le pays du Soleil-Levant compte environ 126 000 joueurs licenciés ; véritable preuve que ce sport gagne progressivement le cœur des Nippons.

Le golf

Une importation occidentale, comme de nombreux sports qui figurent sur cette liste d’ailleurs, le golf est devenu actuellement un sport très populaire au Japon.

Il n’y est pas limité par le sexe, la classe ou l’âge. Petits et grands, femmes et hommes, pratiquent le golf. On dénombre actuellement dans le pays 2 500 parcours. Et il y a, presque partout, des terrains d’exercice équipés de filets verts.

Si on revient un peu à l’histoire du golf au Japon, Après la révolution de Meiji entre les années 1868 et 1912, Arthur Hesketh Groom, un expatrié britannique, vivait, depuis 33 ans, à Kobe.

Fatigué de ne pas pouvoir s’adonner à son sport préféré : le golf, il a décidé de créer, avec ses amis, un parcours de golf à 4 trous sur la toile de fond de la ville : le mont Rokko. Ce parcours a été terminé en 1901. Puis, on l’a étendu à 9 trous en 1903. Depuis, il est devenu le club de golf de Kobe.

En ce temps-là, le golf était réservé aux japonais qui ont étudié durant un certain temps en Occident, et aux expatriés. Avec l’ouverture d’un cours dans la ville de Tokyo dans les années 1914, des élites plus traditionnelles japonaises ont commencé à s’intéresser à ce sport.

Mais le golf restait quand même confidentiel. Il n’a connu un essor considérable dans le pays qu’après 1957, année de victoire de deux Japonais, Koichi Ono et Torakichi Nakamura, à la Canada Cup.

En 1970, on ne comptait plus le nombre des personnes ayant obtenu une licence. Depuis, ce sport n’a cessé de gagner le cœur du peuple japonais. D’où sa popularité dans l’archipel actuellement.

La course automobile

La course automobile a toujours gagné du terrain au Japon. Elle existait déjà dans le pays depuis 1920. Cependant, elle ne possédait pas une piste dédiée et permanente qu’en 1936, quand le premier circuit japonais, Tamagawa Speedway, a ouvert ses portes.

Soichiro Honda, devenu peu après le constructeur éponyme, faisait partie des premiers concurrents de la piste. Honda a ensuite, après la création de sa société en 1962, ouvert le Suzuka International Racing Course ou Suzuka Circuit.

Cette piste a reçu de nombreuses grandes compétitions mondiales, comme la Formule Un. Mitsubishi a aussi ouvert un hippodrome du nom de Fuji Speedway dans les années 1960. Celui-ci qui est devenu, actuellement, propriété de Toyota.

De nos jours, on dénombre au Japon une vingtaine de pistes de course automobile. Cependant, les plus grandes courses dans l’archipel se déroulent toujours sur l’une des deux pistes de Honda et de Toyota.

Le sumo

Ce sport emblématique du Japon est revenu en force en termes de popularité depuis 2016, après avoir vu sa réputation s’effondrer depuis la fin des années 2000. Il est à rappeler qu’en 1980 et 1990, le sumo était au sommet.

L’effondrement de 2000 a été la conséquence de divers scandales. Des matchs ont été truqués. Et pire encore, un jeune lutteur est mort après avoir été battu par son entraineur, aidé de ses coéquipiers.

Le désintéressement du public à ce sport a été brutal et le nombre des jeunes japonais qui se sont présentés aux écuries, afin de devenir un lutteur professionnel, a beaucoup diminué. En 2016 et en 2017, des jeunes lutteurs victorieux ont fait revenir les japonais.

Mais malgré cette retour en force, le sumo reste encore très fragile actuellement dans l’archipel, en raison des diverses affaires embarrassantes qui touchent les champions même.

La boxe

Même si les champions japonais dans ce domaine ne sont pas réputés, en général, dans le monde entier, la boxe compte quand même parmi les sports les plus pratiqués au Japon. La Commission de box Japonaise ou JBC a établi les règles qui régissent la boxe professionnelle au Japon pour encourager les boxeurs à participer à des compétitions organisées dans le pays.

La boxe a été introduite sur le territoire nippon en 1854 par les hommes du commodore Perry qui a ordonné l’ouverture des différents ports japonais. Le shogunat Tokugawa, une dynastie de shoguns qui ont dirigé le pays durant ce temps, a choisi un grand lutteur de sumo nommé Tsuneichi Koyanagi, pour défier un lutteur et un boxeur dans des combats d’arts martiaux mixtes. Depuis, la boxe a connu un essor considérable dans le pays.

Yujiro Watanabe, le père de la boxe japonaise, s’est formé en Californie dès l’âge de 16 ans. Peu de temps après, il est revenu au Japon et a créé en 1921 le club Nippon Kento. Au cours des années suivantes, de nombreuses associations et fédérations de boxes ont été fondées.

Ce qui a abouti à la création de l’ensemble des associations professionnelles de Kento dans l’archipel en 1931, dénommé, depuis l’an 2000, JPBA ou Japan Pro Boxing Association.

Le puroresu

C’est l’homologue du catch américain au Japon. Seulement, dans le puroresu, on voit plus d’athlétisme car beaucoup de lutteurs japonais ont étudié plusieurs disciplines d’arts martiaux.

Ce sport a actuellement beaucoup d’adeptes au Japon. Parmi les lutteurs les plus réputées de l’histoire récente du puroresu, on peut citer Tiger Mask, Antonio Inoki et Giant Baba.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *