Quels sont les sports les plus populaires au Japon en 2020 ?

Les activités sportives font partie du patrimoine culturel de n’importe quel pays à travers la planète. Cette année, le Japon accueillera un grand évènement sportif international d’envergure : les Jeux Olympiques en Juillet-Août à Tokyo.

D’ailleurs, la notoriété des sports japonais est reconnue de tout le monde et dépasse largement les frontières de l’archipel, en particulier les arts martiaux traditionnels.

Toutefois, beaucoup de jeunes japonais pratiquent le baseball, le football, la plongée, le ski, le snowboard ainsi que le surf.

Le baseball

C’est une pratique qui connaît un engouement démesuré. Il est presque considéré comme l’un des sports nationaux à cause de sa popularité. Implantée sur l’archipel au 19e siècle, cette activité est très pratiquée par les jeunes.

De plus, l’équipe japonaise figure parmi les trois meilleures avec les États-Unis et Cuba. La majorité des matchs sont transmis par les chaînes télévisées sur place et sont suivis de près par la population.

D’ailleurs, les années 2006 et 2009 sont gravées dans l’esprit du peuple puisque l’équipe masculine a remporté la compétition internationale classique.

En 2008 et 2010, c’est le tour de l’équipe féminine qui sort gagnante de la Coupe du Monde de baseball. Pour former les jeunes, un tournoi d’été est organisé tous les ans au sein des lycées japonais.

Le football

Le football ou Sakkaa est un sport réputé depuis que la fondation de la ligue de football professionnelle japonaise la « J.League » a été créée en 1993. L’organisation de la Coupe du Monde 2002 entre le Japon et la République de Corée a également contribué à sa popularité.

Le Japon s’est classé en huitième de finale lors de la Coupe du Monde en 2010 en Afrique du Sud. Grâce à la performance et compétence de l’équipe nationale, le pays a été élu quatre fois champignon de la Coupe d’Asie des Nations.

Quant à l’équipe féminine, elle a gagné la première place au mondial qui s’est déroulé en 2011 aux États-Unis. Et en 2012, elle a obtenu la médaille d’argent aux Jeux Olympiques de Londres.

Plusieurs stades ont été construits pour que les jeunes nippons puissent s’entraîner dès leurs jeunes âges.

Pour dénicher les meilleurs talents, des championnats sont organisés dans les collèges et lycées. On peut dire que les Japonais maitrisent parfaite du ballon.

Le Rugby

Voilà encore un autre sport qu’on a du mal à relier au Japon. Lorsqu’il s’agit de rugby, tout le monde s’attend à des hommes musclés, grands et massifs. Or, les Japonais sont loin d’avoir cette posture.

Ils ne sont pas aussi grands ou massifs. Toutefois, la préparation aux Jeux Olympique 2020 booste considérablement la popularité de cette activité sportive.

Parmi les nombreux pays asiatique, seul, le Japon a pu organiser la Coupe du monde de Rugby en 2019. Cet évènement est une opportunité unique et un véritable honneur pour les amateurs de ce sport.

Petit à petit, cette pratique mobilise les foules. Et actuellement, le pays du Soleil-Levant compte 126 000 joueurs licenciés.

Le sumo

Sport national du Japon, le sumo est un rituel qui remonte à plus de mille cinq cents ans. Auparavant, il consistait juste à remercier les dieux lorsque la récolte est bonne. C’est pour cette raison qu’il comporte plusieurs rites avant la pratique proprement dite.

Les lutteurs professionnels, qui pèsent entre 100 à 200 kg, sont coiffés comme des samouraïs et vêtus d’une ceinture spéciale en soie uniquement. Ils combattent à mains nues dans une enceinte de combat bien précis (4,5 m de large) jusqu’à ce que l’un des deux touche le sol avec une partie du corps ou soit projeté hors du ring.

Cette pratique était au sommet en 1980 et 1990. Malheureusement, sa réputation s’effondre depuis la fin des années 2000 à cause la mort d’un jeune lutteur et des matchs truqués. Depuis 2016, le sumo est revenu en force et devient à nouveau célèbre.

De jeunes lutteurs victorieux ont ravivé la flamme des Japonais. Malgré ce retour en force, ce sport reste encore un peu fragile dans l’archipel en raison des affaires embarrassantes qui impliquent les champions.

La course automobile

La course automobile était déjà présente sur place depuis 1920. Néanmoins, les pratiquants n’avaient pas une piste dédiée et permanente qu’en 1936. C’est l’année où le premier circuit japonais « Tamagawa Speedway » a ouvert ses portes.

Depuis, elle gagne du terrain dans le cœur des Nippons. Cette piste célèbre a reçu pas mal de grandes compétitions internationales, notamment la Formule Un.

Peu à peu, les grandes firmes comme Soichiro Honda faisaient partie des concurrents sur la piste. Le propriétaire de Honda a ensuite ouvert le « Suzuka international Racing Course » ou « Suzuka Circuit.

De son côté, Mitsubishi a également créé un hippodrome du nom de “Fuji Speedway” dans les années 1960. De nos jours, ce champ de courses appartient à Toyota.

En somme, il existe une vingtaine de pistes de course automobile au Japon. Mais, les grandes courses d’envergure se déroulent sur la piste de Toyota ou de Honda.

La boxe

La boxe est une activité physique le plus pratiquée sur l’archipel nippon. Elle a été introduite vers 1854 par le commodore Perry lors de l’ouverture des ports japonais.

Durant ce temps, c’est une dynastie de shoguns : le shogunat Tokugawa, qui a gouverné le pays. Ce dernier a désigné un lutteur de sumo dénommé “Tsuneichi Koyanagi” pour défier un boxeur et un autre lutteur dans des combats d’arts martiaux mixtes. C’est à partir de ce moment que la boxe est devenue célèbre à travers le Japon.

Le père de la boxe japonaise : Yujiro Watanabe a suivi une formation en Californie à l’âge de 16 ans. En 1921, il est revenu au pays et a ouvert le club Nippon Kento. Au fil des ans, plusieurs associations et fédérations de cette pratique ont vu le jour.

Pour encourager les boxeurs à participer aux compétitions nationales, la Commission de box japonaise ou JBC a établi des règles bien strictes qui dirigent le sport au Japon.

Le surf

Le surf est un hobby pour les quinquas et une véritable rébellion pour les jeunes. Cette pratique a été importée par les GI et a fait son apparition après la guerre.

Dans les années 70, il revient sous un air des Beach Boys. De nos jours, c’est une culture locale très réputée voir même vénérer par les japonais. Selon eux, ce sport a quelque chose de l’ordre du religieux.

L’archipel nippon renferme quelques spots où les vagues attirent les amateurs de sport de glisse. Vous avez plusieurs plages comme celle de Kugenuma, Yugawara, Chiba Wada, Ichiyumi Point ou encore la rivière de Sakawa.

Seulement, il faut les tester avec modération et beaucoup de prudence. Pour les compétitions sportives, rendez-vous sur la longue plage de 60 km de Tsurigasaki dans la préfecture de Chiba. Les vagues sont tout simplement impressionnantes.

Le skateboard

Autrefois, les skateurs japonais ont été confrontés à un sérieux problème logistique. La plupart des équipements sont importés des États-Unis. Mais les efforts ont été faits récemment en mettant en place plusieurs salles d’entraînement.

Pour cette édition de Jeux Olympiques de Tokyo, le skate fera son entrée. Et les Japonais semblent être redoutables. Il y aura une quarantaine d’hommes et de femmes dans deux disciplines : le street et le park terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *