Les Japonais et la folie des jeux

Les jeux d’argent suscitent toujours autant l’attention du monde. Entre distractions utiles et un risque pour la société, on ne sait pas encore où situer ce genre d’activité. Et le développement du monde digital n’a pas arrangé la situation. Aujourd’hui, on a accès aux jeux beaucoup plus facilement qu’auparavant. Malgré des législations très strictes, ce genre de méfaits passe donc inaperçu dans la plupart des pays dans le monde.

Pour ce qui est du Japon, les choses sont bien différentes. En effet, les enjeux sont plus importants que jamais. Depuis décembre 2016, une loi a même légalisé les casinos et les jeux d’argents dans le but de doper le tourisme au vu des JO 2020. De quoi susciter la polémique sur le marché.

Robot casino

L’histoire des jeux d’argent au Japon

Comme dans n’importe quel pays du monde, sauf dans l’état de Vegas, les jeux d’argents ont été loin d’être légaux au Japon. En 1907, le Code pénal a même sanctionné rudement les paris. Ceux qui s’y risquaient s’exposaient à de lourdes sanctions. Cela n’empêchait pas quelques clandestins de tenter le diable. Tripots, tapis verts et autres jeux d’argent étaient organisés au noir.

Les choses ont nettement évolué en 1945, après la défaire du pays du soleil levant dans la guerre. Considérant que la population avait besoin d’une distraction pour mieux les gérer, les jeux de courses de chevaux, de hors-bord et de bicyclettes n’étaient plus interdits. En 1998, le football a rallongé la liste des paris possibles. Et 2010, le sumo a aussi été ouvert aux mises monétaires, ce qui n’a pas manqué d’attiser les questionnements dans le monde entier. En effet, ce sport traditionnel en a perdu un peu de sa valeur lorsque les paris ont été ouverts.

La situation a encore récemment évolué. Depuis 2016, le parlement japonais a voté une loi qui tend à régulariser les jeux en casinos dans ce pays. Depuis le mois de décembre de l’année dernière, Macao, attire donc l’attention du monde entier. Le marché du jeu risque fort d’être l’un des piliers de cette nouvelle économie en puissance. De quoi attiser la curiosité de certains et le mécontentement des autres. Une chose est sûre, ce sont les sociétés internationales et les grandes firmes du jeu qui en profitent.

Bien sûr, au fil du temps, quelques joueurs professionnels ont laissé leurs empreintes dans les quelques casinos et sur certains jeux du pays. Ce qui en laisse certains rêveurs.

Un marché en pleine expansion

Il faut dire que le Japon était prédisposé à prendre ce genre de décision. Les jeux d’argent sont une source de distraction, et ce, malgré son côté très traditionaliste. Selon les chiffres, 4 % des Japonais seraient même accros aux jeux d’argents. Il existe 12 000 salles dans ce pays qui fait dans les 19 000 milliards de yens de bénéfice chaque année. C’est près de 155 milliards d’euros.

Peu importe le style de jeux que l’on utilise, les Japonais semblent apprécier l’adrénaline et l’euphorie qui en ressort. Si bien qu’une société peut remporter jusqu’à 40 000 milliards de yens soit 327 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an. C’est un véritable Las Vegas, que l’on vote ou non la loi sur la légalisation des jeux.

Homme, femme, marié ou en couple, selon une étude de 2014, 5.3 millions de Japonais sont addicts aux jeux d’argent. C’est un taux anormalement haut par rapport aux autres pays du monde. La cause serait le niveau de vie et la difficulté que cela engendre. En effet, las des problèmes quotidiens, les particuliers cherchent un refuge. Il n’y a rien de tel pour ce faire que de se lancer dans quelques paris. C’est aussi une occasion de gagner simplement de l’argent. Bien sûr, il reste le risque d’en perdre.

Roulette

Une légalisation des jeux qui prête à confusion

Depuis l’année dernière, la possibilité de légaliser le jeu en casino au Japon prête à confusion. Et pourtant, avant la fin de l’année, la chambre basse du parlement avait déjà adopté la loi. Elle a été rendue effective en mois de décembre. Il reste à en comprendre la raison.

En premier lieu, le marché du jeu semble être un domaine à exploiter. Et pour cause, vu les bénéfices que l’on peut enregistrer par an, l’État ne peut passer outre des participations légales venant des entreprises.

En second lieu, il semble que le Japon veut concurrencer Singapour. Encore aujourd’hui, elle est LA ville où il faut être pour profiter de ce genre de distraction. Plusieurs milliers d’établissements disponibles, un large panel de jeu : Macao changera bientôt de paysage pour devenir un petit Las Vegas. De quoi attirer encore un peu plus de touristes chaque année. Il est à noter que Singapour est encore aujourd’hui à la troisième place mondiale en termes de jeu et de paris d’argent. Mais il reste un concurrent de taille pour le Japon de par sa proximité.

Mais la raison la plus évidente semble être la dernière, les jeux olympiques vont être organisés en 2020 à Tokyo. Il faut donc se préparer en fonction de cet objectif d’où la nécessité d’un texte de loi. Selon les sources, seuls les établissements reçus dans les casinos-parcs à thème pourront y participer. Bientôt, des bâtiments-hôtels, centres commerciaux et tapis verts se feront nombreux dans le pays. Les japonais pourront donc jouer aussi bien au casino en ligne ou se déplacer pour jouer bientôt dans de nombreux casinos qui devraient être présents dans tout le pays.

L’immobilier au Japon va également être boosté, car si de nombreux casinos vont voir le jour, il faudra bien accueillir les nombreux touristes qui seront là pour profiter des JO en 2020.

Les partis de l’opposition farouchement contrent : les raisons

Malgré une adoption réussie, la loi sur la légalisation des jeux au Japon reste ouverte au débat. Les partis de l’opposition ne déchantent pas. C’est un euphémisme pour la société nippone. Et les raisons invoquées sont nombreuses. Entre autres, la présidente du parti démocrate, Renho Murata, parle d’une nuisance pour la dignité nationale. Elle semble avoir touché un point sensible dans la mesure où l’ouverture des paris sur le Sumo a encore quelques séquelles dans l’esprit de certains Japonais.

En outre, une légalisation des paris peut avoir des effets néfastes sur la société. Dans un pays où le niveau de vie commence déjà à être problématique, ouvrir les portes aux jeux d’argent est-il réellement une bonne idée ?

Avant le vote de la fameuse loi, quelques études ont été menées par certains organismes du pays. Les résultats démontrent clairement que 54 % de la société ont été contre cette loi. Seuls 12 % était favorable. Et 34 % n’avait pas d’avis sur le sujet.  Cela démontre clairement que l’adoption d’un tel texte ne profite qu’à un nombre limité de personne. Car, en effet, si la légalisation profite aux entreprises et à l’État, les ménages risquent d’en souffrir. Cette adoption ne favorisera-t-elle pas la dislocation de la société japonaise ? Sans compter que les paris ne rentrent pas véritablement dans l’esprit traditionaliste de ce pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.