Les sports préférés des Japonais

Les Japonais exercent de nombreux sports, à compter des sports coutumiers, mais ils sont aussi ouverts aux sports importés. Des plus démunies au plus riches, petits et grands, chacun s’adonne à une activité sportive.

La liste est très longue, alors voici dans cet exposé quelques règlements fréquents.

Les arts martiaux

Sports traditionnels

Au Japon, les arts martiaux demeurent les plus pratiqués. On peut compter des sports anciens et récents si on cite par exemple le Jujutsu, Taijutsu, Ninjutsu, ou encore le Judo et l’aïkido.

  • LE JUDO

Le judo a pour signification : « voie de la souplesse ». Il a été créé en 1882 au Japon. Son but était pour une éducation physique, mentale et morale. C’est un art martial moderne, transformé en sport de combat et en sport olympique à partir des Jeux de Tokyo du 1964. C’est une discipline de compétition où on projette l’adversaire au sol en le maîtrisant, ou en l’obligeant à abandonner.

  • LE KARATE

D’origine chinoise, le Karaté est amené au Japon par le « Royaume des Ryukyu » (ancien nom des îles d’Okinawa). Il sera nationalisé en 1935. C’est une technique de combat à pieds et mains nus d’après sa signification « la voie de vacuité de la main ».

  • LE KENDO

Le kendo ou la voie du sabre a aussi évolué et a séduit des spectateurs étrangers. C’est la version moderne du Kenjutsu (techniques de l’escrime au sabre) en 1912. Pratiqué généralement par les samouraïs, c’est en même temps un art martial et un sport de compétition. C’est une discipline qui rassemble tous les techniques et tactiques du combat au sabre.

  • LE SUMO

C’est un sport national Japonais depuis plus de mille cinq cents ans. Simple et rapide, ce sport antique subsiste encore aujourd’hui. Son principe est d’expulser l’adversaire hors du ring.

Au début, c’était un rituel shintoïste pour remercier les dieux en cas de bonne récolte.

Au moyen des déplacements mondiaux, il a connu un succès auprès des lutteurs étrangers.

  • YOSEIKAN BUDO

Education, honnêteté, école, paix et voie sont les fondements de cet art depuis 1975 jusqu’à maintenant. Moins célèbre que les autres, il est considéré comme un moyen de protection corporelle avec des techniques diverses.

  • JÖDÖ

Il est fondé au 17ème siècle. Conformément à sa signification : « voie du bâton », le combat se fait avec un bâton normalisé suivant les règles des katas.

Arts martiaux importés

Du côté arts martiaux, même si le Japon possède des disciplines multiples, il pratique aussi des arts étrangers. Voici quelques exemples :

  • BOKATOR

Créé au 3ème siècle, il est d’origine khmère (Cambodge). C’est un sport très violent. Tous les coups sont permis pour neutraliser son adversaire.

  • JEET KUNE DO

Art Chinois fondé en 1967, c’est la  » voie du poing qui intercepte  » de Bruce Lee. Bruce Lee a intégré à son Kung-fu  de nombreuses autres techniques de combat. Ce qui donna ainsi naissance à cet art martial très complet.

  • KALARIPPAYATT

Issu d’Inde du Sud, au 2ème siècle avant J-C, le Kalarippayatt serait l’aïeul de tous les arts martiaux. Son nom signifie : » le lieu des exercices  » ou  » arène « . Il se pratique avec des positions basses ayant des noms d’animaux ou des sauts très hauts.

  • PENCAK-SILAT

Créé en 1948, son nom est donné par l’ensemble de 2 régions de l’Indonésie et de la Malaisie. Il est donc d’origine indonésienne et malaisienne.
C’est l’art de défense indépendamment de la force physique. Il se caractérise par ses rituels, ses techniques d’auto-défense et sa fonction spiritualiste.

  • QWAN KI DO

C’est une discipline assez libre où on utilise les membres, des armes tranchantes ou non et des armes militaires. Il est d’origine vietnamienne apparu en 1981 et signifie « voie de l’énergie vitale ».

  • BERSILAT

C’est un art de « faire des combats » de 15ème siècle originaire de Malaisie. Il est basé sur l’imitation des mouvements des animaux avec ou sans armes. La formation est totalement secrète que seuls les disciples en ont la connaissance. Les secrets ne seront transmis qu’à un membre de la famille méritant. C’est un art sportif et spirituel en même temps. 

Sports étrangers

Ce sont les jeunes et enfants japonais qui sont les plus abonnés aux sports étrangers. Les garçons optent souvent pour le football et le baseball, tandis que les filles préfèrent le tennis et le volley-ball. Mais d’autant plus que les jeunes, les adultes aussi en jouent.

Les disciplines les plus connues sont :

  • Le base-ball

Classé parmi les sports nationaux depuis plus d’un siècle, ce sport est populaire après le SUMO. Introduit au Japon par les États-Unis au 19ème siècle, plus précisément en 1872, c’est le plus visionné des sports.

Les Japonais sont tellement passionnés par cette discipline que même dans les tournois scolaires, le base-ball est pris en considération. Pour preuve,  le Japon a plus de 150 000 licenciés dans ce sport et jusqu’à 5 000 équipes pratiquants dont 12 professionnelles.

  • Le Golf

Le golf est un sport populaire au Japon depuis les années 1980. C’est un sport d’origine britannique arrivé au Japon après la restauration de Meiji (1868-1912). Le premier cours était planté à Tokyo en 1914. Aujourd’hui, on le pratique à tout âge et cela peu importe le niveau de vie.

  • Le Tennis

Originaire d’Angleterre,  le Tennis a débarqué au Japon en 1878. Immédiatement, il a pris de l’ampleur dans la culture japonaise.

D’après l’histoire, la rencontre de l’Empereur Japonais Akihito et l’impératrice Michiko était sur un court de tennis en 1957.

  • Le Football

Le “ Soccer ” au Japon n’est pas le moindre des sports. Il dispose d’une ligue dynamique. Depuis sa fondation en 1993, le Football a découvert un succès fou envers le public. C’est la Coupe du Monde 2002 qui a lancé le développement de ce sport.
On peut voir également que le Japon a terminé en huitièmes de finale de la Coupe du Monde 2018 contre la Belgique. Alors que les japonais menaient au score 2 à 0 contre l’attente de tous les bookmakers, les Belges parviennent à revenir au score et à l’emporter à la dernière minutes.

Les Jeux olympiques

A chaque Jeux Olympique, le Japon expédie en permanence des représentants assidus. Pendant les Jeux olympiques d’été de Rio de Janeiro en 2016, le Japon a compté jusqu’à 338 athlètes alors qu’aux Jeux 0lympiques d’hiver de Sochi en 2014, il y avait 113 athlètes Japonais.

La première participation du Japon aux Jeux olympiques était en 1912 à Stockholm. Depuis, les Japonais sont présents à presque tous les Jeux olympiques. Mais en 1948, juste après la deuxième Guerre Mondiale, il n’ont pas été invités aux jeux. Puis lors de l’été 1980, ils ont boycotté les Jeux olympiques.

Après la Guerre, le Japon a accueilli trois fois cet événement sportif : les Jeux d’été de Tokyo de 1964 qui étaient les premiers Jeux olympiques d’Asie, les Jeux d’hiver de Sapporo en 1972 et en 1998 pour ceux de Nagano.

Les athlètes japonais ont remporté 360 médailles en 1964, avec en majorité des médailles d’or décrochés en judo. Ils ont aussi gagné 37 médailles aux Jeux olympiques d’hiver de 1972.

Pour les Jeux olympiques d’été 2020, le Japon hébergera pour la 4ème fois ces jeux dans la ville de Tokyo.

On peut dire alors que les Japonais sont des adeptes de sport. Ils font aussi de la plongée ou du surf en été ; du ski, du patinage et du snowboard en hiver, et jouent au bowling de temps en temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *