Tout savoir sur le whisky japonais

Terre des plus grands décalages, le Japon a toujours de quoi surprendre les plus curieux. Mais si le pays du soleil levant nous fascine autant, ce n’est pas seulement pour son allure tantôt fun tantôt très sérieuse, mais également pour sa gastronomie hors pair. Une gastronomie qui frise parfois l’excellence même chez les petits marchands ambulants que l’on trouve dans la rue. Ces mets peuvent comme par chez nous s’accompagner de boissons alcoolisées. Le Japon est notamment connu pour son Saké mais il produit aussi son propre whisky : le fameux whisky japonais, un élixir aux ingrédients parfois insoupçonnés.

L’histoire du Whisky Japonaiswhisky japonais

Si “Whisky” est un mot presque universel, l’addition du qualificatif « japonais » change totalement la donne sur le produit. Il a été produit pour la première fois autour de l’année 1870 mais sa commercialisation officielle n’a été effectuée qu’en 1923. En effet, c’était durant cette année que la première distillerie a connu le jour. Il s’agit de la distillerie maintenant bien connue : Yamazaki. Quelques dizaines d’années plus tard, d’autres distilleries ont ouvert leurs portes et sont devenues célèbres dans le monde entier.

Les Japonais n’avait aucune idée de ce qu’était un whisky jusqu’à la venue du commodore américain Matthew Perry en 1853. C’est à ce moment que les habitants de l’est du pays on fait la connaissance de cette boisson. En ces temps, quand le commodore débarqua dans la baie de Tokyo, il fit une multitude de présents à l’empereur dont du Whisky. La population japonaise découvrit et aima le goût surprenant de cette boisson et vers la fin du XIXème siècle, le pays tenta d’en fabriquer à sa manière.

Les essais étaient souvent des expériences ratées avec comme ingrédient principal du riz ou du maïs qui était produit massivement dans le pays. Mais il fallait avant tout maîtriser l’art de la production du whisky. Cela fut rapidement compris par Masataka Taketseru. Il parti étudier en Ecosse et revint deux ans plus tard avec toute la technique requise pour distiller du whisky de la bonne manière. Il entra alors en collaboration avec les premières distilleries du pays avant d’avoir sa propre société et faire connaître le whisky partout dans le Japon.

Durant la seconde guerre mondiale, le whisky prit de plus en plus de place auprès des consommateurs et avec la bière, il détrôna le saké. Le whisky de grain démarra progressivement dans les zones populaires. A partir de ce moment, dans les années 60, la production de whisky augmenta notablement. Le whisky à la façon japonaise connaît alors un grand succès. Cependant, de 1983 à 2008 la production fut en baisse car la concurrence étrangère fit son entrée dans le pays.

La découverte de nouveaux alcools mit au second plan le whisky japonais mais certaines distilleries comme Nikka et Suntory voient la venue de ces étrangers comme une aubaine. Elles en profitèrent pour améliorer leur production et en 2009, le whisky japonais repris son franc succès auprès de la population locale mais aussi étrangère.

Une technique de fermentation ancestrale

Si le whisky a été connu officiellement au Japon via la venue du commodore, la technique de distillation, elle, date de plusieurs siècles auparavant. Les Japonais avaient déjà commencé à fabriquer de l’alcool au XV ème siècle. C’était durant les échanges massifs effectués avec la Chine. C’est à ce moment que la fermentation d’alcool à base de riz a commencé.

Au fil des années, avec des résultats de plus en plus satisfaisants d’autres ingrédients s’ajoutèrent et la fermentation évolua jusqu’à arriver à la technique de distillerie : le shochu. Cette technique fonctionnait bien mais était vieille et le goût du whisky était totalement différent. Les voyages en Ecosse ont alors permis d’allier le savoir faire de deux continents pour arriver au whisky japonais actuel

Un style parfois attribué à l’Ecosse

verre whiskyDe nos jours, même si les premières leçons ont été apprises en Ecosse, les distilleries japonaises limitent autant que possible les ressemblances avec le pays britannique. Mais avant cela, les whiskies japonais se limitaient à copier leurs maîtres. Au fil des années, avec les expériences réussies par le Japon, ce dernier tenta d’atténuer autant que possible les ressemblances même si elles perdurent quand même comme pour la production des blends et des vatted malt. Des produits entièrement écossais que les Japonais utilisent dans certaines productions.

Cependant, les Japonais possèdent le single malt qui est un produit de plus en plus convoité par le reste du monde. Un produit phare qui fait souvent le succès du whisky japonais lors des tests à l’aveugle. C’est le cas de Suntory qui a connu un fort succès en quatre ans entre 2010 et 2014.

Il faut aussi noter que le Japon est différent de l’Ecosse sur d’autres plans. Si en Ecosse, les distilleries échangent leurs distillats entre elles pour avoir une meilleure qualité du produit, au Japon il en est autrement. Chaque fabricant japonais tient à sa propre distillerie et ne fait pas d’échanges. Cela n’empêche pas pour autant l’utilisation de malts écossais dans les produits japonais. Mais en général, il n’y a pas vraiment de grandes différences entre les deux pays sur le plan de la production.

Un single malt exceptionnel

La qualité de ce produit fait la grande notoriété du whisky japonais. Une grande qualité qui s’obtient grâce à de nombreux facteurs importants comme la pureté de l’eau, la présence de tourbières ou encore le climat tempéré du pays. En effet, avec une eau totalement limpide et d’une grande qualité, le whisky est d’un meilleur goût comme le cas de la distillerie Yoichi.

Le Japon étant un pays inflexible sur la bonne qualité des produits, les céréales sont plantées et suivies de près et poussent dans des conditions très optimales. C’est cette grande rigueur qui fait la grande qualité du whisky japonais.

Le whisky japonais : une boisson d’exceptioncarafe whisky

Si la boisson est récente par rapport à d’autres, le whisky japonais connaît cependant un franc succès au niveau mondial. Après des années de pratique et une connaissance approfondie du whisky, le Japon n’a pas lésiné sur les moyens pour produire le meilleur whisky qui soit.

Il tient de ce fait la quatrième place mondiale de sa consommation. Dans le pays, le whisky se déguste sec. Il est le plus souvent accompagné d’une boule de glaçon mais une seule suffit au risque de trop atténuer le goût. On l’accompagne aussi parfois avec de l’eau gazeuse mais cette dernière est consommée à part après seule gorgée de whisky.

Le whisky japonais est considéré comme une boisson de très haute qualité et même si le saké reste très important pour les japonais, le whisky l’est aussi.  La grande qualité du whisky est surtout attribuée à une production peu tourbée, à l’importance accordée au terroir et à une technique à basse pression naturelle.

Le whisky japonais a de quoi surprendre avec sa notoriété car soit il est méconnu soit qualifié de meilleur whisky au monde !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.